There was an error in this gadget

2017/10/06

La perversité du système de contrôle radar et de l'abattage de PV : une manne qui a peu à voir avec la sécurité des Français


Vincent Delahaye (UDI) vient … de publier un rapport au Sénat 
écrit Le Point
 … en réalité, c'est une instruction à charge, feutrée certes, car il s'agit d'un rapport sénatorial, mais en réalité assassine sur l'installation des radars, avant tout tournés vers la production de recette. La noble tâche qui consiste à résorber les accidents mortels vacille en effet lorsqu'on s'aperçoit que ce sont les piétons et les cyclistes qui viennent désormais gonfler la statistique.

Après le révoltant nouvel article du Code de la route qui sanctionne le propriétaire d'un véhicule pour la non-dénonciation de l'identité du conducteur, voilà clairement établie la perversité du système de contrôle radar. Supposé éduquer le public, il est là en réalité pour remplir le tiroir-caisse de l'État. En effet, la belle mission qui consiste à protéger le conducteur de lui-même et de ses mauvais penchants n'a plus du tout la même logique qu'au temps des premières mesures de sécurité routière en 1975. Et Vincent Delahaye le dit au Figaro lorsqu'on lui demande la pertinence de l'implantation des radars, curieusement beaucoup plus nombreux sur les autoroutes que sur les routes, ces dernières étant pourtant plus accidentogènes. Quelle est la raison de cette préférence géographique de l'administration  ?

Moins de radars dans le 93 et en Corse

« Je ne dis pas qu'elle cède à la facilité, mais on sait que, sur autoroute, le matériel ne sera pas vandalisé et qu'il est plus facile à installer. L'administration, elle, considère que l'on éduque les conducteurs sur autoroute. Avec des radars sur ces axes, on leur donne l'habitude de rouler moins vite ailleurs  ! » avance Vincent Delahaye, qui corrobore ce raisonnement de façon insolite en relevant les départements qui sont les moins « radarisés ».

Ainsi, selon son rapport, le taux d'équipement moyen des routes françaises étant à 0,64, le taux tombe à 0,11 en…. Seine-Saint-Denis, en toute dernière position en matière d'équipement. « Je n'ai pas réussi à trouver une explication à ce sous-équipement, admet le rapporteur. On ne peut qu'avancer une hypothèse comme la crainte du vandalisme. On mettrait moins de radars dans le 93 par peur de dégradations qui entraînent des réparations toujours coûteuses. »

Si l'on rapproche cet exemple de la Corse ou des régions d'outre-mer qui sont dispensées des nouveaux types de radars déployés ailleurs (radars tronçons, radars de chantier), on aboutit à la conclusion que, une fois de plus, c'est le bon citoyen qui est traqué. En revanche, là où le maintien de l'ordre est beaucoup plus délicat, la durée de vie d'un nouveau radar est très brève. Compte tenu de l'investissement dans ces boîtes à images (à partir de 40 000 euros), l'État pragmatique préfère s'abstenir. Les zones de non-droit existent aussi pour les usagers de la route.

Néanmoins, cela reste, là où c'est possible, une très bonne affaire, et le gouvernement Macron ne s'y est pas trompé en accélérant sur l'équipement des routes en radars, au nombre actuellement de 4 600. Et ceux-là, mieux qu'un casino, gagnent à tous les coûts, déversant dans les caisses de l'État une manne qui a peu à voir avec la sécurité des Français. Sinon, pourquoi ne s'occuperait-on pas en priorité des accidents domestiques qui font 20 000 victimes chaque année dans l'indifférence totale, alors que les 3 700 tués sur la route occupent largement la propagande de l'État  ? La réponse tient bien sûr dans les recettes des radars.

1,6 milliard de recettes

« Selon la projection pour 2017, l'argent des radars, mais aussi le produit des amendes liées aux infractions routières vont rapporter 1,6 milliard, révèle Vincent Delahaye. On sait que 425 millions vont aller à l'Agence de financement des infrastructures de transport de France, que 250 millions d'euros iront à l'Agence nationale de traitement automatisé des infractions, que 30 millions financeront le procès-verbal électronique ou encore que 430 millions d'euros participeront au désendettement de l'État. Ce volet est clair.  »

À cela s'ajoutent les 650 millions d'euros qui vont, en général, nourrir les collectivités locales et dont l'affectation, c'est le moins qu'on puisse dire, n'est pas très claire. En théorie, il s'agit pour elles de « financer des équipements permettant d'améliorer la sécurité routière, mais, assure Vincent Delahaye, on ne sait pas ce qu'il advient de cette enveloppe et on ignore les réalisations qui ont suivi. Il faut améliorer la traçabilité dans ce domaine », conclut prudemment le rapporteur.

Au moment de dire s'il faut poursuivre dans cette voie, Vincent Delahaye assure qu'il y a une corrélation entre la montée du nombre des radars et la baisse du nombre des accidents. Un peu simpliste comme constatation, alors qu'à elles seules les améliorations apportées par les systèmes de sécurité embarqués et les aides à la conduite des automobiles modernes en font bien plus. Et cela est vrai depuis l'instauration de la ceinture de sécurité, des airbags, de l'ABS et de l'anti-dérapage ESP dont sont équipées toutes les voitures aujourd'hui. L'ignorer est tordre le raisonnement et nuire à la poursuite d'une action de sécurité routière réellement efficace pour le futur.

Une autre politique

Le rapporteur du budget l'admet en disant que le déploiement des radars automatisés « a parfaitement répondu au combat qui était mené contre la vitesse. Mais il faut envisager une autre politique et s'attaquer à d'autres fléaux, comme l'alcool au volant. Or, malgré le rôle important de l'alcool dans les accidents, les moyens ne sont pas engagés. Le gouvernement poursuit imperturbablement son action contre la vitesse », déplore avec bon sens Vincent Delahaye.

Le prochain comité interministériel de sécurité routière exposera en la matière la doctrine Macron dont il y a tout à redouter sur l'ignorance des faits exposés, notamment par ce rapport sénatorial qui est une bonne surprise dans le concert d'absurdités proférées sur le sujet. Mais que l'on se rassure, rien ne devrait changer dans l'approche mercantile de la sécurité routière sur le thème rabâché : « On veut votre bien, malgré vous… et [plus bas] celui de nos finances. »

La preuve : le projet de loi de finances pour 2018 entend augmenter les recettes des radars de 10 % en fonction du déploiement de 100 nouveaux radars et des voitures banalisées (440, au lieu de 383 en fin d'année) confiées à des sociétés privées qui feront de l'abattage de PV. Après la hausse des recettes de 25 % cette année, on comprend que le gouvernement ne veuille pas se priver d'une telle manne qui devrait exploser au-delà des prévisions. En effet, au lieu d'affecter les crédits à la réfection des routes dont le budget s'est réduit de 30 % entre 2008 et 2014, on préfère investir dans l'électronique radar en remplaçant les appareils existants par des modèles dernier cri. Sauf en Seine-Saint-Denis, en Corse et dans l'outre-mer.

2017/10/05

Sur le sujet de la limite de vitesse (sic), les autorités trichent avec les termes de base propres à la conversation

Vous savez pourquoi on a tant de mal pour
influencer le grand public et pourquoi une
si grande partie de la population refuse
de s'éveiller devant la répression et la
persécution croissantes des conducteurs ?

Parce que, dès le départ, les autorités
trichent — le gouvernement triche avec
les termes de base propres à la conversation.

Je parle évidemment d'expressions comme
la "limite de vitesse" ainsi que des conducteurs
arrêtés pour "excès de vitesse"

Réfléchissez-y, c'est un mensonge,
un mensonge pur et simple
— à comparer (je n'exagère nullement)
au Novlangue de George Orwell (1984) :

quand les conducteurs sont arrêtés ou reçoivent un PV
par le courrier, ce n'est pas pour "avoir roulé trop vite" :
non, pas du tout.  N'ayons pas peur de dire la vérité :
c'est pour "NE PAS AVOIR ROULÉ ASSEZ LENTEMENT".

Et la première expression — l'expression
de base sur le sujet des routes ? Effectivement,
la "limite de vitesse" n'a rien à voir avec
la vitesse et a tout à voir avec LA LENTEUR.

De fait, de façon purement physique parlant, 
"vitesse" est le terme exact. Mais le mot a
deux significations (ou en tout cas il est perçu
comme tel) — l'autre signification étant
évidemment… la rapidité !

Jean Mich Much ajoute :
C'est la confusion savamment entretenue par les pouvoirs publics entre "excès de vitesse" qui, au sens légal, signifie juste "dépassement de la limitation de vitesse en vigueur" et "vitesse excessive" qui signifie "rouler réellement trop vite par rapport aux conditions de circulation, au profil de la route, à la météo, etc."...

Or, ces deux notions n'ont absolument rien à voir ! Dépasser la limitation de vitesse en vigueur ne présente en soi aucun danger, a fortiori quand la limitation en question est absurde et totalement contre nature pour un conducteur digne de ce nom (trop basse de manière injustifiée et l'on rejoint là la notion de lenteur). La vitesse excessive, elle, est la véritable source de danger.
Bien entendu, tout le système répressif est basé sur le fait de sanctionner des "excès de vitesse" au sens légal (c'est à dire "rentable") du terme en les assimilant à de la vitesse excessive... Et conduit à sanctionner, dans l'immense majorité des cas. des comportements qui ne sont en fait pas dangereux... CQFD
Quoi qu'il en soit, la 
conclusion est inévitable :
On ne devrait pas dire
"la limite de vitesse" mais
"LA LIMITE DE LENTEUR"
(j'irais plus loin, et je dirais
"la limite de lenteur soporifique"
voire "la limite de lenteur soporifique
vieille de bientôt un demi-siècle").

Certains penseront que je blague ;
en fait, pas du tout — je suis
le plus sérieux du monde ;
dans nos conversations entre nous, avec autrui,
dans nos courriers des lecteurs, etc…
commencons tous à régulièrement
utiliser l'expression
"LA LIMITE DE LENTEUR"

2017/08/22

Lorsque le peuple craint le gouvernement, il y a la tyrannie

"Lorsque le gouvernement craint le peuple, il y a la liberté;
lorsque le peuple craint le gouvernement, il y a la tyrannie."
"When the government fears the people there is liberty;
when the people fear the government there is tyranny."     
--Thomas Jefferson

2017/08/21

Sans la liberté, la loi se transforme en oppression

"Sans la liberté, la loi perd sa nature et son nom, et se transforme en oppression.
Sans la loi, la liberté aussi perd sa nature et son nom, et se transforme en débauche."

(vers 1790)
"Without liberty, law loses its nature and its name, and becomes oppression.            
Without law, liberty also loses its nature and its name, and becomes licentiousness."
-- James Wilson (Of the Study of the Law in the United States, Circa 1790)

2017/08/20

1772 et la Sécurité Routière : Serions-nous des… esclaves ?!

Serait-ce exagéré de dire que nous sommes des… esclaves ?!

Que diraient nos ancêtres ?

"Si le public est tenu d'obéir à des lois auxquelles ses membres ne peuvent donner leur approbation, ils sont les esclaves de ceux qui créent de telles lois et qui les imposent aux autres" (1772)
"[I]f the public are bound to yield obedience to laws to which they cannot give their approbation, they are slaves to those who make such laws and enforce them."
-- Candidus ("Boston Gazette", 20 janvier 1772)

2017/08/19

Sécurité Routière : éviter le stress, adopter une attitude Zen ; les conséquences seront-elles vraiment positives ?

Que nous demande la Sécurité Routière ? D'éviter le stress, n'est-ce pas ? D'adopter une attitude Zen.

Or, que fait le stress ? Que fait-il sinon… vous stresser (ben oui), vous réveiller, vous tenir éveillé ?

Que fait une attitude Zen, par contre ? Que fait-il sinon… vous déstresser, vous relaxer, vous endormir ?

Quelle attitude vait-il mieux qui prévaut sur la route, derrière le volant d'un bolide de quelques milliers de tonnes ?

Est-ce un hasard que ce qui cause le plus de morts sur autoroute, ce n'est pas la vitesse, mais… la somnolence ?

Qu'est-ce qui cause la somnolence sinon une attitude Zen, doublé d'une — et causé (!) par une —, limite de vitesse soporifique — ou comme je préfère l'appeler, une limite de lenteur soporifique ?

Rouler à 140 km/h au lieu de 130 km/h fait gagner moins de 3 minutes sur 100 km.
Pour éviter un risque inutile, respectez les limitations de vitesse en ce week-end de chassé-croisé.

2017/08/14

Si les limitations de lenteur (pardon, de vitesse) étaient suivies, nos voitures devraient — forcément — rester groupés comme un troupeau de moutons

Je souhaiterais parler brièvement (sic) d'une pub de la Sécurité Routière totalement trompeuse

Rouler à 140 km/h au lieu de 130 km/h fait gagner moins de 3 minutes sur 100 km.
Pour éviter un risque inutile, respectez les limitations de vitesse en ce week-end de chassé-croisé.
1) Avant tout, c'est un piège : S'il est vrai que "Rouler à 140 km/h au lieu de 130 km/h fait gagner moins de 3 minutes sur 100 km", il est certain qu'il n'y pas beaucoup plus de temps gagné en roulant à 130 km/h au lieu de 120 km/h ou de 120 km/h par rapport à 110 km/h.

C'est donc un piège — un piège en forme de grain semé aujourd'hui afin d'éventuellement, d'ici quelques mois, d'ici quelques années (?), quand le temps sera propice (Valls croyait pouvoir y arriver), faire avaler la baisse des limites de vitesse, générale ou localisée, à la population ainsi que la répression et la persécution des automobilistes accrues qui s'ensuivent…

2) Comme tous les autres humains, vivant aujourd'hui ou dans les siècles passés, les automobilistes ne sont pas des robots, pas des pantins, pas des moutons. Ça a toujours été le vœu de ceux qui nous gouvernent, et de tous ceux qui au fil des siècles nous ont gouvernés, de partout dans le monde, mais malheureusement (sic), nous ne sommes pas (encore?) des robots.

Par exemple, il m'arrive
A) d'être en retard
B) de vouloir doubler les escargots
C) de vouloir utiliser les capacités du moteur d'un véhicule moderne, bâti dans les années 2000 et pas en 1973 (date d'entrée de la limite de lenteur, pardon de la limite de vitesse, qui a à peine changé depuis)

Ce qui est stressant dans ces cas-là, et bien d'autres, c'est de ne pas accélérer.

Prenons un cas d'école, qui n'a pas du tout été pensé par les génies qui nous gouvernent, ou ils verraient que leurs règles, c'est en partie en tout cas, du non-sens :

Donc :
Tout le monde est un robot, personne ne veut de stress, tout le monde suit la limitation de lenteur (pardon, de vitesse).

Toutes les voitures s'arrêtent donc devant un feu rouge en même temps, et tout le monde repart en même temps.

Alors qu'une partie d'entre elles sortent de la ville et s'embarquent sur la départementale, sur la nationale, et quelques dizaines de minutes plus tard sur l'autoroute, tout le monde reste — forcément (comment l'éviter?!) — groupé, dans une espèce de grappe, ou si l'on veut, dans une espèce d'essaim — oui, une espèce d'essaim d'abeilles.

Tous les véhicules ne devraient-ils pas — forcément — rester groupés comme dans un troupeau de moutons ?

Vous savez quoi ?

MOI, QUE JE SOIS EN VILLE, SUR UNE NATIONALE, OU SUR L'AUTOROUTE, JE N'AIME PAS ÊTRE "ENFERMÉ" DANS UN GROUPE, DANS UNE GRAPPE, DANS UN ESSAIM, DANS UN TROUPEAU !

Je sais que je devrais être un robot et que cela ne devrait pas m'inquiéter, mais oui, ça me stresse !

Ce que j'aime — dans la mesure du possible (évidemment) — c'est être passablement éloigné des autres véhicules.

DONC, dans ce cas-là que vais je faire ?

Mais oui !

Vous avez tout compris !
Je vais… accélérer !

Je vais accélérer à 135, à 140, à 145 km/h pour mettre de la distance entre l'essaim et moi.

1 km, 2 km, 5 km plus loin, je vais me sentir beaucoup mieux, beaucoup moins stressé, je serai passablement seul, je vais peut-être continuer à la même vitesse, ou ralentir (tant soit peu), peut-être même à la limite de lenteur, pardon de vitesse, officiellement établie

MAINTENANT, utilisons notre imagination :

Imaginons qu'un incident (un cerf? un motard?) implique le troupeau de voitures qui continue à la même lenteur, pardon à la même vitesse, ça risque de faire beaucoup de casse, mais parce que ma voiture n'est plus là, il y aura — tenez-vous bien — un véhicule de MOINS dans l'accident.

Imaginons, au contraire, qu'un incident (un sanglier? une moto?) m'implique, moi ; parce que les véhicules derrière le mien auront le temps de voir qu'il y a un accident — ils sont à 1 km ou plus de distance, après tout —, il y a beaucoup de chances pour qu'aucun d'entre eux ne soit impliqué.

DANS CE CAS HYPOTHETIQUE, DONC, le seul automobiliste qui s'est comporté de façon responsable, c'est — eh oui — moi. 
MAIS : le seul automobiliste qui risque d'être sanctionné, d'être puni, c'est effectivement le seul automobiliste qui s'est comporté de façon responsable (moi).

Cherchez l'erreur.

DE FAIT : toute la soi-disante logique derrière la répression organisée par l'État éclate en morceaux ici.

Elle fait naufrage sur le fait que — contrairement à ce que l'on croit — les gens sanctionnés sont presque toujours les conducteurs qui roulent de façon RESPONSABLE (ceux qui regardent la route et  qui font attention aux objets qui bougent, par exemple, plutôt que leur tableau de bord et ses tachymètres ainsi que les panneaux immobiles).

Mise à jour : Sécurité Routière — éviter le stress, adopter une attitude Zen ; les conséquences seront-elles vraiment positives ?

2017/08/09

Adieu, l'Ami — La disparition tragique de Gonzague Saint Bris


Gonzague Saint Bris was killed in a car accident on the night from Monday to Tuesday, as reported by Le Monde, Le Figaro, and Le Point.

Because the writer and journalist had authored a couple of books on the life of Leonardo da Vinci — one of his family's properties was the Clos Lucé château where the Italian inventor spent the last years of his life — he was featured as a character in the second volume of the uchronic graphic novel General Leonardo by Erik Svane and Dan Greenberg (Croisade vers la Terre Sainte).
Le Figaro:
Gonzague Saint Bris est décédé cette nuit dans un accident de voiture, dans le Calvados. … Gonzague Saint Bris est l’auteur d'une cinquantaine d'ouvrages, essentiellement des romans historiques et des biographies. Il avait remporté en 2002 le prix Interallié pour Les Vieillards de Brighton. Il a notamment écrit pour Le Figaro et Paris Match.

Des incertitudes sur la tenue de son festival La forêt des livres

Gonzague Saint-Bris était avec sa famille le propriétaire du château du Clos Lucé, à Amboise, où est mort Leonard de Vinci. Il est aussi le créateur de La Forêt des livres, festival littéraire qui se tient près de Loches, sa ville natale, en Indre-et-Loire.
Le Monde:
Emmanuel Macron a rendu hommage à cet historien, romancier, essayiste et journaliste, saluant un homme qui « n’a eu de cesse de mettre en lumière la singularité et le génie de notre pays ».
« Gonzague Saint Bris était à la fois un passionné et un passeur. Passionné, il l’était de la France, de son histoire, de sa géographie et de son patrimoine, de ses grands hommes et de sa littérature ».
Gonzague Saint Bris admitted to being quite proud to be featured in the graphic novel of Erik Svane, who lived less than 500 meters away and who was an occasional visitor to his spectacular 8th arrondissement apartment (once with his cat), whose walls were filled with photos.

Update: An homage to Gonzague Sans Bruit


2017/05/29

L'affaire François Fillon s'est révélé être un véritable assassinat politique

Ce n'est pas tous les jours qu'on se trouve être en accord avec Mediapart (peut-être pas à 100% quoique de façon assez générale), mais Regis Desmarais semble avoir accompli cette distinction. C'était deux-trois mois avant le premier tour de l'élection présidentielle que s'exprimait le bloggueur du blog de RegisDesmarais sur L'assassinat politique de François Fillon.

(Lire aussi : Ce n'est pas tous les jours qu'on est d'accord avec les Russes, mais n'ont-ils pas raison lorsqu'ils proclament qu' "Au cours de la campagne, toute la machine de l’Etat français a fait tout son possible pour compromettre les concurrents de Macron, le successeur de Hollande"?)

Regis Desmarais sur L'assassinat politique de François Fillon.
Les masques tombent : l'affaire François Fillon se révèle être un véritable assassinat politique, mené tambour battant et avec une efficacité redoutable. Pourtant, un léger recul permet de voir cette affaire d'une façon différente et instructive. Ce qui se passe n'est rien de moins que la révélation des simulacres dans lesquels nos démocraties ont sombré. 

Cette proclamation « On fait notre travail de journaliste » m’a laissé rêveur quand on songe à ce que nous dit, en creux, cette affaire Fillon sur le mode de fonctionnement de notre démocratie.
 
Pour décrypter et comprendre ce que cache l’affaire Fillon, il convient évidemment de s’abstraire du tumulte médiatique pour poser à plat les données de cette affaire, en apprécier la portée, voir les mécanismes de pouvoir en jeu et essayer d’identifier qui sera bénéficiaire de tout ce brouhaha médiatique.

Que se passe-t-il dans la maison Fillon ? La révélation, au moment où François Fillon est devenu le candidat de la droite à l’élection présidentielle française, d’une pratique commune dans le microcosme politique : rémunérer ses proches à des postes laissés à discrétion de l’élu.

La rémunération de Pénélope Fillon par François Fillon 

M. Fillon a ainsi rémunéré sa femme sur un poste d’attaché parlementaire. Sur ce sujet, rien de neuf dans le monde politique. La plupart des élus, si ce n’est la totalité, emploient des proches sur des postes directement rattachés à l’exercice de leur mandat électif : la femme, l’époux, les enfants, la maitresse ou l’amant et parfois d’autres parents, sont rémunérés sur des postes d’attaché parlementaire. La pratique est courante, non interdite par la loi et connue de la presse depuis des lustres. C’est légal, mais évidemment moralement douteux dans un pays où tant de gens sont au chômage et où on invoque à tout bout de champ la nécessité de faire ses preuves. Certains, dans notre République, bénéficient de piston, de rente de situation en étant les parents ou ami(e)s intimes d’un élu. C’est triste mais ce n’est affreusement pas nouveau.

Ce que l’on peut reprocher à François Fillon sur ce point, c’est d’avoir été comme les autres élus, ni plus, ni moins vertueux. Or, on attend d’un candidat à la présidence de la République une droiture certaine et une exemplarité de fait. Bon, ça c’est dans un monde idéal. Dans nos démocraties du 21ème siècle, la droiture et la moralité sont en dose limitée dans le sang du politique. En somme, sur la question du principe de la rémunération de Pénélope Fillon par François Fillon, il est difficile de faire les vierges effarouchées qui découvrent comment on fait des enfants sauf à avoir une sacré dose d’hypocrisie.

Un autre argument est abondamment déversé par la presse afin d’effarer le citoyen électeur : le montant des salaires versés.

Des salaires pharamineux perçus par Mme Fillon ?

Les parlementaires rémunèrent leurs collaborateurs en puisant dans une enveloppe mise à leur disposition par les institutions. Le montant mensuel de cette enveloppe est de 9 561 euros (si l’Assemblée Nationale est en charge de la gestion du contrat de travail et paye les charges sociales) ou de 14 341 euros (dans ce cas c’est l’élu qui gère le contrat de travail et qui verse lui-même les charges patronales à prélever dans cette enveloppe).

Mme Fillon a été rémunérée de 1989 à 2013 pour un montant de 830 000 euros…..bruts ! Et oui, la presse brandit ce montant proche du million d’euros en omettant de préciser que la somme est en euros bruts. En net, Mme Fillon a perçu 639 000 euros et l’Etat a récupéré 191 000 euros ! En salaire mensuel net, sur la période considérée, Mme Fillon a donc perçu 2 218,75 euros. C’est une jolie somme, mais le travail d’un attaché parlementaire correspond à un travail d’agent de catégorie A de la fonction publique et le montant du salaire net n’est pas manifestement choquant ni déraisonnable.

Les salaires perçus par Mme Fillon sont-il pharamineux ? La réponse est non et cette réponse résulte des chiffres eux-mêmes et non d’un sentiment ou d’une opinion personnelle sur ce que devrait être le salaire d’un attaché parlementaire.

Autre argument avancé pour déstabiliser la candidature de François Fillon : l’effectivité du travail réalisé par Mme Fillon.

Mme Fillon a-t-elle perçu une rémunération de complaisance ?

Une interview de Mme Fillon circule dans laquelle elle dit qu’elle n’avait pas travaillé pour son mari. Là, c’est désastreux. Ou bien Mme Fillon a perçu 2 218,75 euros nets par mois pour un travail effectif ou bien elle a perçu cet argent sans contrepartie. Comment répondre à cette question à la place du principal et de la principale intéressée ? En essayant de suivre un raisonnement logique. Si Mme Fillon n’a pas travaillé pour son mari pendant 24 ans alors quelqu’un d’autre a exercé ces fonctions d’attaché parlementaire car il est impossible à un élu national d’exercer son mandat électif sans l’aide d’un attaché. Or, que pouvons-nous observer ? Un grand silence de la presse à ce sujet. Personne ne nous dit qui a réellement travaillé et surtout qui a travaillé pendant 24 ans pour les beaux yeux de François Fillon, c'est-à-dire gratuitement puisque l’enveloppe réservée à la rémunération de l’attaché parlementaire de M. Fillon servait à rémunérer une femme qui ne faisait rien.

Vous connaissez beaucoup de gens qui travaillent pendant 24 ans sans percevoir de salaire ? Moi non. La logique veut que Mme Fillon ait bel et bien travaillé pour son mari. Alors cette interview ?

Rappelons que cette interview a été sortie de son contexte, est ancienne et est l’interview d’une femme qui ne considérait sans doute pas que travailler pour son mari était un travail classique, voire un travail tout court. Je ne vais pas écrire que le couple Fillon est innocent et que le travail a été effectif en l’absence de preuves matérielles mais le bon sens et la logique doivent nous interpeller et nous conduire à poser les bonnes questions. Qui aurait alors travaillé pendant 24 ans sans rémunération pour François Fillon ? Personne assurément. De fait, Mme Fillon n’est certainement pas restée inerte pendant toute cette période. Avant de hurler à la mort politique du candidat Fillon, les journalistes qui font leur travail devraient creuser cette question.

Tout ceci nous interpelle sur le contexte dans lequel surgit cette affaire…

Le contexte

François Fillon, à la différence de M. Macron, n’est pas un jeune nouveau dans le paysage politique. Il a détenu différents portefeuilles ministériels et il a été Premier ministre de Nicolas Sarkozy pendant cinq années… Cinq années au cours desquelles son épouse a perçu une rémunération d’attaché parlementaire. Etrange que la presse qui fait son travail ne se soit pas emparée de cette question à l’époque. Curieusement, ce sujet qui est un vrai sujet légitime, n’est évoqué qu’au lendemain de la primaire de la droite et à quelques mois de l’élection présidentielle. Les français et les électeurs ne sont pas des gens dénués de sens critique. Il est clair que tout ce remue ménage à un but : tuer politiquement François Fillon. Pourquoi le tuer ? Assurément pour l’empêcher d’accéder au poste de Président de la République. Pour comprendre les vrais motifs du lynchage médiatique de François Fillon, il convient de voir en quoi François Fillon se distingue des autres candidats et quel(s) autre(s) candidat(s) à l’élection présidentielle est susceptible de tirer les marrons du feu.

Sans se lancer dans une analyse approfondie du programme de François Fillon, ce qu’il conviendrait de faire pour mettre en parallèle ce programme avec celui du (des) candidat(s) avantagé(s) par cette affaire, on peut déjà identifier quelques lignes de force qui distingue François Fillon des autres : sa volonté de réforme, sa vision d’un monde multipolaire, son catholicisme affiché, sa volonté de renouer les liens avec Moscou et la Syrie, sortir le pays d’une situation d’endettement, l’idée de redonner à la France une place forte au sein de l’Union européenne. En clair, François Fillon est une « horreur » pour le système qui depuis des décennies est aux commandes. Quel est ce système : celui du monde financier dont le seul dieu est l’argent et dont le moteur est la consommation des masses sans cesse développée grâce à l’endettement. Système dont le rêve est celui d’un monde globalisé où les populations se distinguent par leur indistinction car toutes soumises au dictat de la dépense avec pour finalité à l’existence : consommer pour vivre et vivre pour s’endetter. Je sais, je force le trait mais il n’est pas nécessaire de trop appuyer le feutre sur le papier pour le forcer.

Dans cette affaire, François Fillon a eu le tort de ne pas être le candidat du système en place. Les électeurs de la primaire ont placé en tête de leur choix un candidat qui ne satisfaisait pas aux critères du système. Or, vous le savez bien, qui a l’argent possède le pouvoir. Dans un monde ou plus de 99% des richesses planétaires sont entre les mains de 1% de la population mondiale, il est hors de question que la démocratie, qui par nature est la loi de la majorité donc des moins fortunée, laisse passer des candidats qui ne sont pas autorisés et souhaités par le système. Ce que les électeurs citoyens doivent comprendre dans cette affaire, c’est que nos démocraties contemporaines sont des simulacres. Oui, on choisit les candidats puis celui qui occupe la fonction suprême mais à la condition que ces candidats soient validés et pré-filtrés par le système lequel est le système financier et le lieu de pouvoir de ces 1% de la population qui possède plus de 99% de la richesse mondiale (8 personnes au monde possèdent même en patrimoine ce que possède la moitié de la population planétaire la plus pauvre cela donne le vertige et permet de comprendre que nos démocraties sont aujourd’hui des simulacres).

La désignation inattendue de Fillon par les électeurs de la primaire a coupé l’herbe sous le pied de ceux qui attendaient la désignation d’Alain Juppé, un candidat en tout point conforme aux désirs du système. Il était donc nécessaire de virer Fillon et nous assistons aujourd’hui à son assassinat politique pour que ce dernier n’accède pas à la fonction présidentielle.

Cette mise à l’écart de Fillon est d’autant plus nécessaire qu’un autre beau et jeune candidat, sorti de presque nulle part, est en vogue et correspond en tout point au profil du candidat du système : Emmanuel Macron. Méditons sur le beau travail des journalistes qui laissent dans l’ombre cette fameuse histoire des 120 000 euros (80% de l’enveloppe budgétaire de représentation du ministère de l’économie) consommée par Macron avant son départ de Bercy pour financer des prestations sans lien avec le ministère de l’économie mais en très fort lien avec la préparation de sa candidature présidentielle. Sur ce sujet, mutisme de la presse. On objectera que si 120 000 euros c’est une somme, elle est toujours inférieure aux 639 000 euros de Mme Fillon, heu pardon, reprenons la méthode de désinformation des médias… les 830 000 euros de Mme Fillon. C’est moins important mais cela s’est produit sur une échelle de temps bien plus courte. Mais vu l’efficacité de la dépense de M. Macron, je vous laisse calculer ce que cela aurait représenté sur 24 ans d’activités politiques…cela donne des frissons.. M. Macron ne vient pas vraiment de nulle part mais de la banque Rothschild…eh oui M. Macron est un pur produit du système financier et du monde de l’argent. Regardons ses soutiens : Jacques Attali, Pierre Bergé ou le maire de Lyon qui récemment hurlait sa douleur existentielle en déclarant que vivre qu’avec 4 000 euros par mois était insupportable… Jamais un candidat se déclarant anti-système n’aura été un candidat à ce point issu du système et validé par ce système.

Enfin la chronologie des évènements parle de façon assez claire : le 25 janvier 2017, le Canard enchaîné publie son article sur l’affaire « Pénélope Fillon », le 26 janvier 2017, le Parquet national financier ouvre une enquête judiciaire et le lendemain plusieurs témoins sont auditionnés….il faut vite virer Fillon.

En conclusion, vous l’avez compris : la démocratie a « dérapé » en plaçant François Fillon candidat de la droite française. Le système a vite réagi pour sortir ce candidat gênant de la scène politique et tracer un boulevard à un autre candidat construit, façonné et adulé par le système. Si ce dernier candidat ne devait pas percer, alors ce n’est pas un problème car le nouveau candidat de la droite fera l’affaire car, quel qu’il soit, il sera forcement le candidat désigné de force par le système. Sauf erreur d’analyse de ma part, François Fillon va être sommé de renoncer à l’élection présidentielle pour être remplacé par un candidat cautionné par le système. Les millions d’électeurs qui se sont prononcés lors de la primaire sont donc désavoués et rappelés à l’ordre : vous deviez désigner celui qui était le favori des sondages ! Pour la première fois, jamais le simulacre de la démocratie ne se sera dévoilé avec autant de pertinence aux citoyens qui acceptent d’ouvrir les yeux et de raisonner en dehors de tout mouvement d’humeur. Un conseil, pour l’élection présidentielle, comme tout est joué d’avance, autant aller à la pêche et conserver en vous une place pour le souvenir de François Fillon, martyr du simulacre de démocratie.

(A lire aussi sur Iroc)

2017/05/24

MSM Headline Scoop: Who Does the Perpetrator of a Terrorist Attack in the UK Turn Out to Be? "An Englishman"

Reporting on the Manchester attack by one Salman Abedi, like all other MSM outlets, is the newspaper 20 Minutes. In that perspective, it is worth remembering that after it was discovered
that the March attack on Westminster bridge was one Khalid Masood, one French article provided the scoop that "The Assailant Is Allegedly a 41-Year-Old Englishman." As for the free subway daily mentioned above, it also headlined the critical information that… The Author of the Attack Was English.

Neither article — isn't that incredibly strange? — seems to be found online anymore, not in any case on their original respective websites. Reading the 20 Minutes filler from March, incidentally, it looks suspiciously obvious that the headline was not written by the journalist, but added by an editor. One with an agenda. But, then again, I repeat myself, don't I? Aren't they — MSM editors — all with an agenda?








2017/05/01

Une Clef Fondamentale Pour Comprendre les Décisions de Tout Gouvernement

Voici un article où va être abordé des sujets qui semblent a priori complètement différents, allant des routes (ainsi que des radars omniprésents), du marriage gay (ainsi que de la loin Taubira), et des prostituées (ainsi que de la loi sur la pénalisastion des clients) aux USA (ainsi qu'à l'anti-américanisme) et à la religion (ainsi qu'à la laïcité).

(L'article a été écrit il y a plusieurs mois, donc il n'a pas grand chose à voir avec l'élection présidentielle ou avec l'un ou l'autre candidat de 2017…)

Six sujets de ces 10 dernières années sans a priori la moindre lien :

• La multiplication des radars
• la loi sur le mariage gay
• La loi sanctionnant les clients de prostituées
• Les réactions du gouvernement aux nombreuses instances de harcèlement sexuel en Allemagne (et en Autriche et en Suède) au Nouvel An 2015 ("Achtung, chers concitoyens allemands, attention à ne pas devenir des racistes/des islamophobes/des racistes islamophobes")
• l'antiaméricanisme
• le délire européen à l'idée qu'un gauchiste comme Barack Obama allait (enfin) accéder à la Maison Blanche.

Ces sujets-là ne semblent pas avoir beaucoup de choses en commun, n'est-ce pas ? Elles n'en ont qu'une, et, de fait, cette chose est de taille ; et quand vous comprendrez ce que c'est, vous comprendrez bien plus sur ce monde dans lequel on vit.

Chaque évènement, chaque décision de nos autorités (et des autorités des pays voisins), chaque loi écrite pour "notre" bien, chacune de ces choses, est basée sur une seule et même idée, une idée absolument fondamentale :
Que le citoyen moyen, que l'être humain moyen, qu'il soit français, ou qu'il soit allemand, ou qu'il soit américain, est un nul.
Ou si vous préférez, un ignare. Ou (n'ayons pas peur de le dire) un salaud. (Ou en tout cas, quelqu'un qui pourrait suivre les conseils des ignares et des salauds.)

En tout les cas, un irresponsable.

De fait, le citoyen moyen est décrit comme un enfant.

Soit c'est une victime, un enfant innocent et malmené, soit c'est un Jo-la-Terreur, mais tous ont besoin de l'intervention des "adultes" (des fonctionnaires de carrière et des politiciens professionnels) pour les contrôler, que ce soit pour les protéger ou pour les punir.

Plus prosaïquement, que le citoyen moyen (français, allemand, américain, ou autre) est un assassin en herbe, un sexiste, un raciste, un incapable qui ne sait pas gérer sa propre vie, un déplorable, un oppresseur, un salaud sans cœur qui sèmerait larmes et destruction partout, et qui a donc besoin d'un gouvernement, ainsi que de ses (nombreux) fonctionnaires (pas seulement les policiers) pour gérer sa vie.

Et maintenant, je vais mettre en colère nombre de féministes (hommes ou femmes) sur ce site : contrairement aux discours de ces féministes (discours soutenus jusqu'aux cieux par… le… gouvernement), les gens ne sont pas des robots (le souhait des dirigeants depuis des millénaires) et, non, les hommes et les femmes ne sont pas égaux (pas en tout, en tout cas).

A priori, une femme est tant soit peu quelqu'un qui — si, si — veut se mettre au service d'autrui tout en demandant la protection (celle d'un homme ou celle d'un mari ou… celle… d'un… gouvernement — lourde erreur ! (croyez-vous que ce soit un hasard que la porte-parole de la répression sur la route porte des jupons?)) alors que, dans la majorité des cas, un homme va se montrer, ou va vouloir se montrer, indépendant.

Du coup, la majeure partie de nos dirigeants est de s'en prendre à l'indépendance des citoyens et donc, avant tout, de ces citoyens qui a priori sont les plus indépendants, c'est-à-dire les citoyens mâles. (N'est-il pas vrai qu'une femme risque plus de dire, "attention à ne pas dépasser la limite de vitesse" alors qu'un homme fait confiance à ses propres abilités?)

Comme l'a dit Pascal Salin, la voiture individuelle est l'invention de cinq millénaires d'histoire qui a le plus contribué à sortir le citoyen moyen, homme ou femme, de la pauvreté (merci, le capitalisme, ce capitalisme honni par tout politicien qui se respecte) ou en tout cas de sa ferme isolée et de le rendre indépendant.
 … c’est peut-être, malheureusement, parce qu’elle est un instrument de liberté individuelle que l’automobile déplait à tous les législateurs et règlementeurs qui veulent contrôler la vie des autres, ce qui les conduit par exemple à affirmer qu’il faut donner la priorité aux transports en commun. Pourtant, les transports en commun ne donneront jamais à leurs utilisateurs les satisfactions que procure le véhicule individuel.
(À lire absolument : On veut produire des voitures, mais on veut dissuader les individus de les utiliser et donc de les acheter.)

La vaste majorité des films au cinéma et à la télévision reflètent ceci : même dans les films d'Hollywood, accusés d'être de la propagande pro-américaine, on montre un personnage principal ou deux, seuls êtres intelligents et/ou lucides, qui doivent travailler tout le long du film pour arriver à leurs fins et ce, malgré la présence de la plupart des autres citoyens, dont la vaste majorité sont (oui) des abrutis, des déplorables, des incapables, des moutons, des êtres aveuglés ou des salauds. Ils sont aussi des victimes ou des oppresseurs.

Religion et Laïcité

Maintenant je vais mettre en colère tous les anti-religieux de ce site: vous êtes fier de vivre dans un pays laïc, où (Dieu (sic) merci) la religion n'a plus son mot à dire ?

Bravo ! vous faites (sans le savoir) le jeu de tous ceux qui veulent continuer à nous soumettre à toujours plus de contrôles.

Je m'explique : Que dit la religion, en effet, que dit en tout cas la religion judéo-chrétienne? Ne dit-elle pas que (dans le meilleur des cas) nous sommes tous des enfants de Dieu ou que (dans le pire) nous sommes tous des horribles pécheurs ? Mais regardez le "sous-texte" : dans tous les cas, ne sommes-nous pas tous égaux ?

Prenez l’éthique de réciprocité ou la règle d'or (« traite les autres comme tu voudrais être traité », « ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu'on te fasse ») : ne suggère-t'il pas que tous les hommes sont égaux ?

Voilà une chose qui ne convient pas à ceux qui veulent nous gouverner. Pas du tout.

Pour les laïcs, il faut à tout prix diviser les membres de la société : il faut diviser les hommes des femmes, les noirs des blancs, les chrétiens des juifs, les hétéros des homos, etc. Mais ce n'est point dans ces détails-là que se trouve la division principale.

Plus généralement, il faut diviser la population en trois catégories : les abrutis et les victimes ; les méchants (les capitalistes sont souvent dépeints comme rien de moins que des êtres sataniques) — "Soit c'est un enfant innocent et malmené, soit c'est un Jo-la-Terreur" — ; et, en dernier lieu, les politiciens eux-mêmes, qui viennent sauver les premiers des seconds. Comme des chevaliers en armure blanche, les révolutionnaires charismatiques, les Che Guevara, les Lénine, les Mao, les Barack Obama, les… Chantal Perrichon…

Rappelons le message de la religion, tant honnie : Tant les policiers et les politiciens, ainsi que les Barack Obama et les Che Guevara et les Chantal Perrichon ont des points négatifs, ou faibles, sur lesquels ils doivent travailler. Tandis que les pires des crapules capitalistes ont (doivent forcément avoir) des points positifs.

Comme le disait, il y a 165 ans, Frédéric Bastiat :
« Les prétentions des organisateurs soulèvent une autre question, que je leur ai souvent adressée, et à laquelle, que je sache, ils n'ont jamais répondu. Puisque les tendances naturelles de l'humanité sont assez mauvaises pour qu'on doive lui ôter sa liberté, comment se fait-il que les tendances des organisateurs soient bonnes ? Les Législateurs et leurs agents ne font-ils pas partie du genre humain ? Se croient-ils pétris d'un autre limon que le reste des hommes ? Ils disent que la société, abandonnée à elle-même, court fatalement aux abîmes parce que ses instincts sont pervers. Ils prétendent l'arrêter sur cette pente et lui imprimer une meilleure direction. Ils ont donc reçu du ciel une intelligence et des vertus qui les placent en dehors et au-dessus de l'humanité ; qu'ils montrent leurs titres. Ils veulent être bergers, ils veulent que nous soyons troupeau. Cet arrangement présuppose en eux une supériorité de nature, dont nous avons bien le droit de demander la preuve préalable. »
Pourquoi tant de citoyens acceptent-ils donc cette vision des choses?

Pour une raison très simple :

Parce qu'on leur donne le beau rôle !

Ils ne sont ni dans les rangs des abrutis ni dans les rangs des crapules ; sans qu'ils aient le moindre effort à faire, on leur donne le rôle, héroïque, de ceux qui se rangent parmi ou, en tout cas, derrière les chevaliers en armure blanche, ces êtres lucides, ces êtres tolérants, ces êtres compassionnels, ces êtres humanistes, qui soutiennent les chevaliers en armure blanche (leurs écuyers fidèles?) et qui, dans les meilleurs des cas, pourront un jour rejoindre leurs rangs.

Toute cette idée de punir des dizaines de milliers de citoyens (je parle des automobilistes) par automacité à travers les radars automatiques alors qu'ils n'ont fait aucun mal, à personne, serait bien plus difficile à défendre si la religion (en admettant que les religieux aient des personalités fortes dans leurs rangs, à l'exemple de Sir Thomas Moore) montrait tant soit peu de l'indépendance.

Posez-vous cette question : pourquoi la religion et la famille, de nos jours, "sont"-ils désuets, dépassés, obsolètes ?

Parce qu'il se trouve que c'est une vision juste des choses ?

Ou parce que la religion et la famille forment DES CONTREPOIDS à la puissance de l'État ?

Un État qui, sans ces "checks and balances" (ces freins et contrepoids), prend la relève tant de la religion que de la famille (voir le messianisme, voire l'hystérie, par rapport au tabac, par exemple, et plus bas, les citoyens traités comme… des enfants).

Dans cet état d'esprit, noter les expressions familiales et religieuses prêtés à l'État omniprésent :

Big Brother…

L'État-providence…

Malgré leurs boniments, ce n'est pas nous, les citoyens, que les politiciens veulent protéger des institutions moralisatrices, après tout…

Ce sont eux !

Imaginez un archevêque de Paris qui, en apprenant, mettons, la décision de Hidalgo de baisser la limite de vitesse sur le périphérique de 10 km, décide d'intervenir pour lui dire (publiquement ou en privé) à quel point cela semble arbitraire et contre-productif pour le Parisien moyen, en ajoutant peut-être que la maire de Paris devrait se concentrer un peu plus sur ces propres "péchés" (dont l'arrogance?)… Imaginons, de façon plus large, des religieux qui s'insurgent — publiquement — devant la répression et la persécution par radars, ainsi qu'en faveur des dizaines de milliers de personnes qui perdent leurs travail chaque année pour des fautes sans gravité. (Trouvez-vous ce scénario de l'intervention des religieux peu crédible ? Alors, demandez-vous s'il ne l'est pas après — précisément après — plusieurs décennies d'édentation d'un rival à l'autorité de l'État ; le serait-il si l'Église avait gardé un pouvoir plus consécutif pendant toutes ces années ? N'oublions pas que, dans le passé, personne ne s'attendait à ce que l'État s'occupe des affaires d'ordre privé du citoyen.)

Pour revenir aux conducteurs, aux hétérosexuels, aux clients des prostituées, etc… : il ne s'agit pas seulement de les réprimer mais de les confondre, de les diaboliser, de les isoler.

Comment ce faire ?

Par LA HONTE.

Il faut avoir honte d'être un homme, il faut avoir honte d'être français/allemand/américain/occidental, il faut avoir honte de vouloir être indépendant, il faut moquer la virilité, il faut regarder de travers toute personne (tout homme, quoi), ou toute nation, voulant montrer de l'indépendance par rapport aux gouvernants.

Et maintenant, je vais mettre en colère nombre d'anti-américains sur ce site : croyez-vous vraiment que l'hostilité montrée aux Américains depuis… 250 ans (ces grands enfants, ces incapables, ces salauds, ces racistes, etc etc etc)… serait due au fait que l'Américain moyen ne serait autre que l'incarnation totale d'un stéréotype grotesque?

Vous avez déjà pensé, vous avez déjà dit, que le Français moyen est un beauf, un crétin?

Bravo ! vous donnez de l'ammunition à tous ceux qui veulent continuer à nous soumettre à toujours plus de contrôle(s).

Quels que puissent être les traits négatifs d'un quelconque Français (ou Allemand ou Américain) moyen, on peut parier que ce "beauf" a sans doute assez de cervelle, et de cœur, et de probité, pour : conduire son véhicule de façon à faire ni trop de dégâts ni trop de victimes ; et pour traiter bien son épouse et les autres membres de la société ; et pour être cordial envers les étrangers ; et pour s'occuper de sa santé ; et pour gagner son pain de ses propres mains.

Et si, ô grand si, il se pourrait qu'il ne montre pas les aptitudes pour ce faire, on peut aussi parier qu'il ne faut pas mettre la charrette devant les bœufs, c'est à dire qu'il faut ne faut pas inverser la donne.

En d'autres mots, est-ce parce qu'un citoyen particulier se comporte(rait) de façon irresponsable que les dirigeants n'ont d'autre recours que de s'imposer dans sa vie ? Ou : est-ce que c'est parce qu'un citoyen particulier a reçu toute sa vie des messages de la part de la culture et des dirigeants ainsi que des lois qui les accompagnent comme quoi il fait partie de la multitude des déplorables que, précisément, il oublie parfois (souvent?) de se comporter de façon responsable ?

Qui pouvons-nous, qui pouvons-nous tous, convenir sont des irresponsables ?

Les enfants, n'est-ce pas ?

Il faut doucement saper l'idée du citoyen indépendant, responsable, capable, et, oui, bon, bon et généreux, fair-play avec ses pairs, capable d'aider son voisin, tout en introduisant l'idée qu'il n'est qu'en fait qu'un enfant, ou que la majorité d'entre ses pairs ne sont qu'en fait que des enfants. Des enfants dont il faut s'occuper, des enfants qu'il faut protéger, et des enfants qu'il faut éduquer (sic).

Mais pas seulement ça : des enfants, lorsqu'ils ne comprennent pas (lorsqu'ils ne comprennent pas tout le bien qu'on fait pour eux), lorsqu'ils n'obéïssent pas, qu'il faut… punir!

Et cela, pour leur bien.

Évidemment !

2017/04/28

French Radio Listeners Curious About Conservative and Republican Viewpoints Are Advised to Read Instapundit and No Pasarán


In response to queries from French radio listeners about which blogs to read to get a conservative viewpoint, No Pasarán was mentioned, as was Le Monde Watch, and of course Instapundit, which was called incontournable, and the best of all.

Specifically, what the listeners skeptical of France's MSM and state media were told — during Évelyne Joslain's Libre Journal du nouveau monde chat (1h28m35) on Radio Courtoisie with Republicans Overseas member Paul Reen, Comité Trump France leader Georges Clément, and blogger/journalist/author Erik Svane (41:27) —was that (42:37)
il y a un site web qui s'appelle Instapundit que tout le monde devrait lire — qui montre ce que disent [et pensent] les conservateurs américains — qui dit "This will bring more Trump" [Ceci va amener plus de Trump] et il dit "Do you want more Trump?" (Est-ce que vous voulez plus de Trump?). Eh bien, ce que vous faites [avec toutes ces marches et toutes ces protestations et toute l'hystérie], ça va donner plus de Trump. Donc, Trump en profite.
Translation: there is a website named Instapundit that everybody should read, which shows what conservative Americans say and think — which has been observing, This will bring more Trump. And it asks leftists, Do you want more Trump? Because, all that you are doing [with all your demented demonstrations and protests], is bring more sympathy for the man you oppose. So, what you are actually doing is work for Trump's benefit.
Towards the end of the show, as the readers' questions were read aloud (1:01:11), one question puzzling Frenchmen that came up concerns which conservative blogs besides (Infowars and ZeroHedge — in one reader's opinion) are the best to consult on American affairs?

Here is Erik Svane's (translated) response, after mentioning his own blogs, No Pasarán and Le Monde Watch — both of which celebrated their 13th anniversaries recently (1:01:55):
But the best one of all — I am not associated with it, unfortunately — if you want non-caricatural views on conservatives or on Republicans, you should read PJ Media's InstapunditInstapundit is spelled I, N, S, T, A, P, U, N, D, I, T — their bloggers are the best, they broach all kind of subjects, they often display humor, and — again — this is where we get the aforementioned sentence addressed to leftists, If you want more Trump, you'll have more Trump, with all your displays of demented hysteria, with the latest hysterical bout concerning the latest decision from The Donald's White House.
This comes after Instapundit was mentioned on French TV a number of times, between 2004 and today.

PS: Click at 17:28 to hear Lee Greenwood sing God Bless the U.S.A. (I'm Proud to Be an American).

Libre Journal du nouveau monde du 15 février 2017 : “Les festivités de la cérémonie d'investiture de Donald Trump ; Les débuts de la nouvelle administration américaine”

Par Évelyne Joslain | 15 février 2017 | Libre Journal du nouveau monde | Mots clés : . . . .
Évelyne Joslain, assistée de Stanislas, recevait Georges Clément, président du Comité Trump France ; Erik Svane et Paul Reen, républicains de base. Thèmes : “Les festivités de la cérémonie d'investiture de Donald Trump ; Les débuts de la nouvelle administration américaine”.
RELATED (to the French presidential election):
The entire machinery of the French state did everything in its power to undermine the competitors of Macron, Hollande's successor
• The Leader of the Front National, Allegedly France's Equivalent of the Tea Party's Extreme Capitalists, Says That “Obama is way to the right of us”
Marine Le Pen sums it up in one sentence when the New York Times's Russell Shorto "pointed out [to her] that in the U.S. she would sound like a left-wing politician". She shot back that “Obama is way to the right of us”!
• Marine Le Pen: France Should Leave NATO, "Turn Its Back" on the American "Hyper-Power", and "Turn Towards Russia"

2017/04/24

"Au cours de la campagne, toute la machine de l’Etat français a fait tout son possible pour compromettre les concurrents de Macron, le successeur de Hollande"

From Moscow and San Francisco, Isabelle Mandraud and Corine Lesnes have been reporting for Le Monde on the first round of French elections as seen from abroad. If anybody shouldn't be trusted outright, it's the Russians, but here they seem to have nailed it outright:
Dmitri Kissilev, présentateur vedette de la grande émission d’actualité du dimanche soir sur Perviy Kanal, la première chaîne russe, a lancé : « Au cours de la campagne, toute la machine de l’Etat français a fait tout son possible pour compromettre les concurrents de Macron, le successeur de Hollande… » Plus tôt dans la journée, la chaîne de télévision de l’armée, Zvezda, annonçait « Macron et Le Pen en tête » sur la foi d’estimations annoncées depuis la Belgique, avec cet ajout, sans détour et en français dans le texte : #JeVoteMarine.

Cité sur cette même chaîne, le politologue Alexeï Moukhine expliquait : « Marine Le Pen a reçu un soutien évident de la Russie (…) un soutien purement politique, pas technique. En ce qui concerne Macron, c’est l’establishment américain qui le soutient, en partie démocrate. » Une vision binaire partagée. « L’élite », peu importe qu’elle soit française ou américaine, a fait barrage aux yeux de Moscou. Le sénateur Alexeï Pouchkov, parfaitement francophone, résumait ainsi sur Twitter : « L’élite française a tenté d’écarter Fillon de la course (…) et elle y est parvenue. »
According to Perviy Kanal, therefore, "the French élite attempted to derail François Fillon, and it was successful." Indeed, "the entire machinery of the French state did everything in its power to undermine the competitors of Emmanuel Macron, the successor to François Hollande."

While everybody is talking about the demise of the Socialist Party (a dismal 6.3%), it seems quite evident that the Socialists, having no illusions that they would crash, put in a sacrificial candidate (Benoît Hamon, which explains why President Hollande refused to run and why Prime Minister Manuel Valls "lost" the primary), while more or less stealthily supporting a plant in an "independent" party. In this, it was vital that the rightist candidate also be a loser, which was taken care of with the irruption of "scandals" regarding practices that are in fact quite common throughout the French political spectrum.

2017/04/23

Quelle ironie du sort: sur 11 candidats à l'élection présidentielle, 9 affichent clairement leurs penchants léninistes et leurs programmes marxisants. Sommes-nous en 2017 ou en 1917?

Alors qu'en Amérique, le Communist Party USA compte de plus en plus d'adhérents, Bogdan Calinescu (alias l'essayiste Nicolas Lecaussin, merci à Carine) qui a connu la dictature de Ceausescu en Roumanie, met en garde contre les candidats d'extrême gauche avant le premier tour de l'élection présidentielle en France et l'état marxisant qu'ils souhaitent mettre en place.
Quand je suis arrivé en France au début des années 1990, je pensais avoir laissé derrière moi le cauchemar de l'idéologie communiste. Je pensais ne plus revivre l'atmosphère sombre et pesante de l'époque, la tension et la peur permanentes, les files interminables devant les magasins vides et les pénuries - de la boîte d'allumettes jusqu'au papier hygiénique - et cette sensation terrible qu'on ne s'en sortirait jamais. Je croyais que c'en était fini des deux heures de télé par jour sur la seule chaîne, deux heures consacrées en grande partie au «Conducator bien aimé», le dictateur Ceausescu.

Enfant, je voyais mon père, intellectuel, enseignant la littérature française, prendre d'énormes risques en critiquant le régime et je me rappelle très bien comment, lors d'une perquisition de la police politique chez nous, à 6 heures du matin, il avait réussi à glisser dans mon cartable, avant que je ne parte à l'école, quelques documents «compromettants» qui auraient pu lui coûter cher… En les déposant chez un ami de la famille qui les a brûlés tout de suite, j'avais - déjà, à 13 ans - la satisfaction d'avoir accompli l'acte d'un véritable résistant au régime. Malgré l'ubuesque et l'impitoyable dictature de Ceausescu, j'ai eu la chance de grandir dans une atmosphère francophile, j'ai eu la chance de pouvoir déchiffrer le monde libre, sa littérature, son actualité.

Plus de 25 ans après la chute du communisme, je suis en train de vivre une expérience que je n'aurais jamais pensé retrouver: la France, mon pays de cœur et d'adoption, manifeste une sympathie incorrigible pour les idées communistes que je n'ai cessé de combattre depuis mon enfance! Quelle ironie du sort: en 2017, sur onze candidats à l'élection présidentielle, neuf affichent clairement leurs penchants léninistes et leurs programmes marxisants. Sommes-nous en 2017 ou en 1917?

Je me souviens très bien du moment où la France est devenue pour moi l'objectif à atteindre, l'endroit où je devais absolument vivre. Adolescent, je suis tombé sur ce texte de Rudyard Kipling qui, en 1878, à l'âge de 12 ans, visite Paris avec son père. Il a l'occasion de grimper dans la statue de la Liberté qui n'avait pas encore été envoyée à New York. En regardant de l'intérieur à travers ses yeux, il comprend: «C'était par les yeux de la France que je commençais à voir»… Des années plus tard, en 1922, lors d'un discours à la Royal Society of St. George, ce grand amoureux de la France affirmait: «Les Français représentent le seul autre (avec les Anglais) peuple dans le monde qui compte.»

Néanmoins, l'Angleterre devrait suivre l'exemple de la France… Et Kipling d'énumérer les atouts de notre pays: l'éthique du travail, son économie, la simplicité, l'autodiscipline et la discipline extérieure ainsi que «la vie rude qui fortifie l'être moral». «La France est un exemple pour le monde entier»!

Quel décalage avec la France d'aujourd'hui! Un pays qui fait la couverture des magazines pour son taux de chômage qui bat des records ou pour sa bureaucratie sans équivalent dans les grands pays riches et démocratiques. Un pays dont l'économie étouffe sous la pression d'un État omniprésent et qui voit ses jeunes partir en masse à l'étranger. Un pays qui a envoyé aux oubliettes les vraies valeurs de l'école et les a remplacées par le pédagogisme et la sociologie égalitariste de Pierre Bourdieu ; une école phagocytée par les syndicats de gauche qui n'acceptent aucune réforme et par des enseignants complètement éloignés du monde de l'entreprise. Un pays qui chasse les jeunes, les chefs d'entreprise, les riches et qui n'attire plus les élites. Un pays dirigé par une classe politique en très grande partie déconsidérée et biberonnée à l'étatisme. Un pays où un parti dit d'extrême droite puise son programme dans les idées marxistes et obtient des scores électoraux impressionnants, un pays où plusieurs autres partis et candidats, enfin, se déclarent ouvertement communistes.

Quel est ce pays qui renie ses racines chrétiennes et ses valeurs historiques? Qui a transformé l'antilibéralisme et l'antiaméricanisme en repères moraux? Qui passe son temps à insulter l'Europe et les présidents américains, parfaits boucs émissaires, et dresse des lauriers à des criminels comme Mao, Castro ou Che Guevara? Je me souviendrai toujours de ce que m'avait dit l'intellectuel Philippe Sollers lorsque je lui avais demandé pourquoi il avait été maoïste: «C'était de la poésie», m'avait-il répondu en balayant d'un revers de main sa sympathie pour le plus grand criminel de l'Histoire. Alors, les admirateurs d'Hitler, c'était aussi de la poésie? En France, le socialisme a toujours baigné dans la bienveillance, alors que le libéralisme a toujours souffert d'une présomption d'injustice et de culpabilité.

L'étatisme marxisant bénéficie de la clause de l'idéologie la plus favorisée et c'est ce qui tue la France encore aujourd'hui. D'autres pays s'en sont sortis, en saisissant toutes les bouées de sauvetage que nous, nous repoussons. Souffririons-nous du syndrome de Stockholm à l'échelle nationale? D'une inconscience infantile qui pourrait se révéler lourde de conséquences? Où est la France de mon enfance?