Share It

2012/08/30

Un lecteur caricature les USA en évoquant "les Etats-Uniens" ? Le Monde publie 3 de ses courriers en l'espace de 14 jours

Il y a une dizaine de jours, Le Monde Watch mettait en évidence un lecteur qui, du fait de sa suffisance envers les États-Unis, était publié deux fois en l'espace de… trois jours !

Deux semaines plus tard, Le Monde publie un courrier de plus d'André Fromon ! Qui, lui aussi, utilise — on s'en doute — l'expression les Etats-Uniens (ou l'un de ses dérivés).

Par ailleurs, il s'avère qu'André Fromon a été publié six fois depuis le début de l'été (et neuf fois depuis l'année dernière) !

Par contraste, quand j'avais demandé à l'International Herald Tribune (un journal américain, oui, mais publié à Paris) quelle était leur politique de publication en matière de courriers de lecteurs, ils ont répondu qu'ils essayaient d'éviter de publier des lettres de la même personne plus d'une fois tous les trois mois…

Mais bon : André Fromon (qui a traité Jean-Luc Mélenchon de Courageux, téméraire et élégant) est hostile aux Anglo-Saxons et fait état de citoyens étatsuniens, donc c'est normal de lui accorder tant de place…

Article paru dans l'édition du 29.08.१२
Est-il bon, est-il mauvais ?



eux citoyens étatsuniens homonymes viennent de disparaître. Neil Armstrong a fait le job et n'a jamais tenté de tirer profit de son immense notoriété. Lance Armstrong, tricheur désormais patenté, vient de reconnaître ses tromperies (en ne faisant pas appel) tout en les niant avec l'arrogance hautaine des menteurs de ce genre. Un point commun entre les deux personnes ? Le nombre de gens qui ont regardé - en 1969 pour le premier, pendant trop d'années pour le second - le vrai exploit de Neil et les ersatz frelatés de succès de Lance. Seul restera le vrai : l'alunissage.

Quant aux fausses victoires, jetées comme des seringues usagées, elles n'ont du coup guère d'importance et n'en auraient plus du tout si le bon peuple boycottait des compétitions dépourvues désormais de vainqueurs (qui connaît les deuxièmes, promus premiers plus ou moins douteux ?). Mais les spectateurs s'en moquent : the show must go on.

Saluons la mémoire du grand monsieur astronaute.

André Fromon, Strasbourg

No comments: